Hub santé - politique, organisations et droit

« Funding global governance », by Kristina Daugirdas, NYU Environmental law journal

Kristina Daugirdas, « Funding global governance », NYU Environmental law journal, octobre 2021. 

Cet article traite des contributions volontaires faites aux organisions internationales de la part des États membres, particulièrement aux Nations Unies et à l’OMS. En ce sens, l’auteure évalue les risques « d’éroder la gouvernance multilatérale des organisations internationales » (nos traductions p.639) en raison de la dépendance financière qu’ont ces organisations à l’égard de leurs donateurs (soit les États membres ou les donateurs privés). En l’espèce, le système de contribution volontaire pose des risques au niveau des « travaux normatifs tels que l’établissement de normes et l’identification des meilleures pratiques (I) et la conduite des États membres, entre autres, en [craignant de tenir] les membres pour responsables de leurs échecs y compris par le biais de critiques publiques (II) » (nos traductions p.639).  

En ce sens, « bien que les organisations internationales aient élaboré des stratégies pour atténuer ces risques, ces stratégies ne sont généralement pas codifiées dans les politiques formelles et ne sont pas visibles du public » (nos traductions p.639). 

En d’autres mots, ce texte traite de la délicate position des organisations internationales telles que l’OMS qui survivent en grande partie grâce aux donations malgré leur besoin de demeurer indépendantes. Cependant, l’auteure précise qu’il faut éviter « une vision indûment négative de cette source de financement [soit les contributions volontaires] » (nos traductions p.658).   

Essentiellement, l’auteure affirme que les organisations internationales ont besoin de réglementations plus formelles. Ainsi, elle décrit quelques possibilités quant à la forme que ces réglementations pourraient prendre (nos traductions p.639). 

Intérêt et points forts :  Il est intéressant d’analyser les effets des contributions financières volontaires sur l’action normative de l’OMS. 

Mots-clés : OMS, organisation internationale, réglementation